Nouvelle N°3 : PREMIÈRE RENCONTRE

Je suis parti en vacances, à la semaine prochaine… peut-être !

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

PREMIÈRE RENCONTRE en PDF

ENCHANTÉ en format epub pour ebook

ENCHANTÉ en format Word

ENCHANTÉ en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

*************************************************************************

STOP ! ACHTUNG !

*

CE QUI SUIT, C’EST COMME UN BONUS SUR UN DVD, CA SERT A RIEN !!

*

PAS PLUS LOIN AVANT D’AVOIR LU LA NOUVELLE !!!

*

MEHEUUU STOP J’AI DIT !!!!

*

J’VOUS AURAIS PRÉVENU…

*

SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * POILS * SPOIL * SPOIL

*************************************************************************

J’ai un projet qui traîne dans les coins de Bay Island. J’ai la trame, les persos, mais je ne suis pas assez assidu et les persos n’ont pas encore assez de personnalité. Du coup, comme ce projet Bradbury est aussi une excuse pour approfondir les chantiers en cours comme j’ai déjà pu le préciser, j’en profite pour faire une nouvelle qui ne sera pas un chapitre mais qui servira de background à mes personnages.

Cette nouvelle était centrée sur un autre personnage au départ, mais c’est parti complètement ailleurs dès le début. Comme mes persos sont des dictateurs, je me plie à leurs exigences. Voici donc les jours d’écriture résumés.

Samedi soir : Écriture de la fin avec le perso qui disparaîtra de la nouvelle. 2.000 petits signes qui partiront en fumée pendant la messe.

Dimanche : Beaucoup de mal. J’utilise la technique du « egg timer » en me rappelant Neil, citant ce bon vieux Chuck Fight Club Palahniuk. Je mets l’alarme en route dans une heure, et je me force à écrire jusque là. Comme prévu, une fois lancé on ignore l’alarme. Mais je n’avance pas des masses pour autant. 5.000 signes. J’ai le sentiment que la nouvelle sera courte.

Lundi soir : Corrections de Profondeurs, soirée courte, rien d’autre.

Mardi soir : Mal au crane toute la journée. Beaucoup de mal à m’y mettre. Remise en ordre de passages non développés. C’est emmêlé, brouillon, du bon travail de cochon. Ça n’a pas l’air de vouloir sortir tout seul.

Je termine tout de même le premier jet de 20.000 signes. Aucun souvenir de comment j’ai pu réussir vu le départ. J’ai dû encore être possédé…

Mercredi et Jeudi : La dure réalité me frappe de plein fouet. La fin est foireuse et inutile. Je veux faire trop de jonctions avec le travail existant sur ce projet. Je n’ai pas été assez carré dès le début, ça m’apprendra. Il faut refaire la fin, et préparer une autre nouvelle pour les autres idées.

Vendredi midi : Remodelage de la fin. Idée pour la prochaine nouvelle à Bay Island.

En conclusion, il faut vraiment que je passe plus de temps à la préparation. Faire un plan. « La préparation prime l’action » mais « Trop de réflexion tue l’action »… il faut trouver un compromis, car je le rappelle :

A partir du premier mot écrit, la nouvelle doit être verrouillée sept jours plus tard, dernier délai. Avec la phase de correction, c’est donc au maximum quatre jours d’écriture.

Nouvelle N°2 : PROFONDEURS

Bonjour aux fameux trois pelés qui, selon les stats, doivent être un peu plus nombreux que ça. On doit pouvoir remplir une petite salle de classe, ce qui est plutôt cool vu que je n’ai pas fait réellement de pub. Ce ne sera d’ailleurs pas pour tout de suite, ce n’est pas au bout de la deuxième nouvelle que je vais faire le malin, surtout quand je me retourne vers les cinquante autres… glups !

Cette semaine je vais faire court en introduction. Ce que j’ai dit tient toujours, il vous suffit de (re)lire la page de la première nouvelle Prime Time.

Après ces liens, quelques spoils, mais plus sur le timing d’écriture pour ceux que ça peut intéresser.

Allez, j’y retourne, faut que la prochaine soit terminée pour Noël et après, une semaine de vacances (Y’aura peut-être une surprise quand même !).

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

PROFONDEURS en PDF

PROFONDEURS en format epub pour ebook

PROFONDEURS en format Word

PROFONDEURS en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

*************************************************************************

STOP ! ACHTUNG !

*

CE QUI SUIT, C’EST COMME UN BONUS SUR UN DVD, CA SERT A RIEN !!

*

PAS PLUS LOIN AVANT D’AVOIR LU LA NOUVELLE !!!

*

MEHEUUU STOP J’AI DIT !!!!

*

J’VOUS AURAIS PRÉVENU…

*

SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * POILS * SPOIL * SPOIL

*************************************************************************

 A la fin le mec y meurt… (ça c’est fait ! j’avais prévenu, faut pas me chercher)

Jour 1 (mardi soir) : Début, recherche documentaire sur le Pérou, les société minières, bref, je m’éclate mais ça bouffe tout mon temps.

Jour 2 : J’en suis à 10.000 signes à la fin de la soirée. Une grosse impression de faire de la merde.

Jour 3 : J’ai la patate, ça avance mieux, j’ai du assimiler mes recherches et mes idées. Je me fixe de finir demain car après direction les correcteurs. La troisième nouvelle prend forme dans ma tête, je suis motivé.

Jour 4 : (HPL me possède et) Tout ce qui couvait sort d’un coup. C’est bon ? C’est naze ? J’en sais foutre rien. C’est court mais je ne sens rien de plus qui pourrait sortir dans ce délai. 24.000 signes. La fin est encore brouillonne, mais vu le départ, je suis plutôt content.

Jour 5 (samedi) : Je termine la mise en forme le matin. Je suis frustré car j’aurais pu développer plus. Mais c’est déjà terminé. J’ai accéléré le rythme à la fin en essayant de le cacher, genre c’est un style, pour ne pas tout raconter. J’envoie à mes correcteurs qui piaffent d’impatience (« encore ? tu peux pas nous foutre la paix ? »). Je file sur l’autre nouvelle.

Jour 6 : Je suis sur l’autre nouvelle.

Jour 7 : Les correcteurs n’ont rien vu, victoire ! Je corrige les fautes, les lourdeurs, les phrases d’incantation trop évidentes. J’abandonne les idées suggérées par les correcteurs, z’ont qu’à écrire la fin qui leur plait, non mais ! Je crée les quatre versions finales selon le support. Je mets l’image « sens interdit » comme icône du dossier relatif à la semaine écoulée, et je cours vers d’autres aventures.

Au global : Beaucoup de phrases trop longues, des problèmes avec les virgules. Faudrait peut-être arrêter de foncer tête baissée et faire des plans pour mes histoires, un jour ça va se voir…

La recherche documentaire, c’est de la balle, mais ce n’est pas du tout adapté pour ce genre de format, quand on bosse en plus. En effet, je fais ce projet le soir et le week-end, avec un timing de sept jours dont deux réservés aux correcteurs. C’est donc quatre jours max pour accoucher, deux jours pour faire pleurer l’enfant, et une dernière journée pour le nettoyer avant de vous le présenter.

Alors forcément, quand vous le regardez, il est encore un peu sale, pas coiffé, mais c’est mon bébé alors gaffe !

Encore merci à mes correcteurs attitrés. Ce sont eux, dans les deux jours, qui font véritablement la différence. Ils ne changent pas le fond, mais ils me donnent le recul pour les gros impairs et me permettent de publier une nouvelle purifiée des petites imperfections qui freinent la lecture. Et tout ça super rapidement. Merci, vraiment !

Ils sont à moi, pas touche !

PS : Pour info, tout est parti de la première image de cet article.

Nouvelle N°1 : PRIME TIME

Alors voilà ! Le marathon est lancé !

J’avais plein d’idées pour la page de chargement de chaque nouvelle. Une pré-note, une post-note, des spoils (non cher correcteur automatique, je n’essaie pas d’écrire « des poils ». On a peut-être encore un peu de temps avant la victoire des machines sur l’Homme !) à la fin pour aider à la compréhension, des questions, des réponses, bref, un peu de tout et peut-être beaucoup de n’importe quoi.

Après réflexion, j’ai décidé de laisser la parole aux trois pelés qui viendront suivre ce blog régulièrement.

Donc, merci de me dire ce que vous aimeriez comme introduction à chaque nouvelle. J’essaye de noter tout ce qui concerne le processus d’écriture de chaque nouvelle. Ça peut concerner l’écriture, mais aussi l’histoire, des points flous à préciser etc.

N’oubliez pas qu’il ne s’agit pas de nouvelles prêtes à la publication ou appelant le plébiscite d’une foule en délire. Il s’agit d’un travail de longue haleine visant à améliorer mes capacités à écrire vite, bien, de manière automatique, de manière plus fluide. Je souhaite aussi m’améliorer sur les descriptions qui ne sont pas mon point fort et renforcer la perspicacité des dialogues. Je veux pouvoir également trier plus rapidement toutes mes idées pour différencier celles qui pourront donner une histoire de celles qui ne seront qu’un clin d’œil ou une anecdote dans une histoire, et abandonner celles qui sont inutiles ou qui focalisent inutilement mon attention (les FBI ! Fausses Bonnes Idées).

Il y a donc une pré-note, j’en conviens, mais qui vise à organiser mes pages le mieux possible. Je prends donc toutes vos remarques sur la présentation, mais aussi et surtout sur les nouvelles en elles-mêmes. Même bref, n’hésitez donc pas à laisser un commentaire.

Je profite de l’occasion pour remercier les correcteurs-relecteurs, réguliers ou non, pour leurs avis avisés et leur réactivité. Sans eux, je n’aurais pas le recul suffisant pour sortir une nouvelle « présentable » en sept jours.

VOICI DONC LA PREMIÈRE NOUVELLE :

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

PRIME TIME en PDF

PRIME TIME en format epub pour ebook

PRIME TIME en format Word

PRIME TIME en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.