Nouvelle N°8 : AQUARIUM

A ce stade, il faut que vous compreniez une chose. Ma fille, lorsque je demande des avis sur des noms ou prénoms, ne me laisse que rarement repartir comme je suis venu. Cette fois-ci, alors que je quittais le salon discrètement, soulagé d’avoir échappé à l’exercice imposé, cette dernière m’interpella violemment :

« Héé ! Cette fois tu mets un chien. Son nom, ce sera… Tchouby ! »

Ce fut Douguie dans Prime Time… ainsi soit-il…

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

AQUARIUM en PDF

AQUARIUM en format Word

AQUARIUM en format epub pour ebook

AQUARIUM en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

 

Publicités

Nouvelle N°6 : BLACKS JACKS

C’est l’heure du Western !

Bon, d’accord… à ma sauce.

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

BLACK JACKS en PDF

BLACK JACKS en format epub pour ebook

BLACK JACKS en format Word

BLACK JACKS en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

*************************************************************************

STOP ! ACHTUNG !

*

CE QUI SUIT, C’EST COMME UN BONUS SUR UN DVD, CA SERT A RIEN !!

*

PAS PLUS LOIN AVANT D’AVOIR LU LA NOUVELLE !!!

*

MEHEUUU STOP J’AI DIT !!!! C’EST JUSTE POUR MOI !

*

J’VOUS AURAIS PRÉVENU…

*

SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * POILS * SPOIL * SPOIL

*************************************************************************

Samedi : presque 16.000 signes. Bien avancé pour une première étape. Je déroule c’est un peu chiant. Peu d’invention car j’ai fait un genre de script avant. Un plan quoi. Putain, moi, un plan. Ouais, c’est confortable. Mais c’est chiant vu que je sais ce que je vais écrire et que ça va plus vite à le penser qu’à l’écrire, c’est vraiment chiant. Mais au moins c’est carré. (bon, on verra plus tard que c’était le plan du début, et que je me suis laissé déborder).

Dimanche matin : 26.000 signes environ. Fait toute la scène avec la présentation du blackjack jusqu’au moment où Willard a sa vision. Ce fut laborieux à la mise en marche. Il faut retrouver le ton, impression de faire de la merde au début du saloon, surtout dans la description.

Relecture à 18h00, finalement ça passe, encore quelques imperfections à corriger. Et il faut impérativement bosser les temps.

Lundi soir : 34.500 signes. De plus en plus long… du coup j’ai tendance à accélérer à la fin. Mais ce serait trop court pour en faire deux parties. Et aucun intérêt. Trop crevé pour avancer encore, il est 22h30.

Mardi midi : quelques corrections et remplissages de passages précipités.

Mardi soir 23.12 : Terminé. La fin est encore une fois précipitée mais c’est trop long. Presque 42.000 signes. Pas trop de recul, il doit y avoir des imperfections sur la fin, qui me semble a chier car trop de choses en peu de temps, pas de sens, si ce n’est finir par la pancarte. Peut-être pas assez évident, ne voulant pas trop dévoiler ni insister sur la lutte bien/mal etc.

Bonne ambiance au début avec musique Deezer 49ers old west. Peut-être encore mettre des notes de bas de page. Supprimer Jerry Rice ?

Gros mal de crâne le mardi. Donc là stop.

Dimanche 04.01 : Dernières retouches en prenant en compte les avis des correcteurs. Je cite Crystal juste pour dire qu’elle a survécu. Je cite la femme qu’ils ont sauvée. Je dis bien qu’ils n’ont pas été inquiétés et je mets en relief le côté lutte contre leurs démons de la part des habitants seuls. Je ne refais rien d’autre car je n’ai pas le temps. De plus je suis plutôt satisfait au global vu le temps dont je dispose.

J’ai voulu écourter un truc trop long, ce n’est plus trop une nouvelle, c’est vraiment une histoire qui aurait pu faire 80.000 signes sans problèmes. Donc soit deux parties soit plus court. A prendre en compte dans les prochaines nouvelles. Il faut bien faire un plan (complet) et déterminer à l’avance la taille approximative pour ne pas se laisser déborder.

Pour Crystal que l’on ne revoyait plus, je me dis que dans la vie on croise des gens importants qu’on ne recroise pas. Pourquoi vouloir à tout prix faire jouer un rôle à chaque personne étant apparue au cours de l’histoire ? Ça participe juste à la description du lieu, de l’ambiance. Je n’ai pas envie de céder à de pseudos impératifs.

Et je garde Jerry Rice, c’est un clin d’œil pour Florent (et les autres ^^).

Allez, à vous de vous amuser un peu à trouver des noms !

Nouvelle N°5 : JUKAI

Bonjour à vous.

Les deux nouvelles qui arrivent (y compris JUKAI) sont les plus longues pour le moment. J’en suis très content, mais c’est complètement subjectif. Cela vaut surtout par le fait que je me suis immergé dans une ambiance musicale en mettant Deezer sur des thèmes appropriés. J’étais donc complètement plongé dans les mondes dans lesquels mes personnages évoluaient.

Schizophrénie passagère je vous rassure… si si… hum…

En plus de mes correcteurs, je tiens à remercier particulièrement Marc Lemahieu pour son aide. Sans vouloir coller à 100% à la réalité japonaise, je voulais éviter les impairs qui auraient fait sursauter ceux qui connaissent un peu le Japon. Sa disponibilité, sa gentillesse et sa réactivité sont à saluer étant donnés le délai très court et la pression constante à chaque question (le samedi il ne me connaissait pas et le mardi, il avait répondu à environ 8.257 questions).

Je remercie aussi Jérôme pour son sens du gore animalier.

Et puis, allez, même si je n’ai pas envie de nommer mes correcteurs pour ne pas qu’on me les vole, je vous renvoie à cet article récent de l’un d’eux sur Gaston Lagaffe, que j’ai particulièrement apprécié avant même de me rendre compte que c’était de lui (et puis j’ai toujours rêvé de vivre dans le nid de livres de Lagaffe).

Autre chose. J’hésite à mettre le genre de la nouvelle de la semaine, ou sa longueur. Il est possible que certains d’entre vous n’aient pas envie de lire certains styles, mais je trouve que la surprise peut valoir le coup. Entamer une nouvelle sans rien en savoir…

Dernière chose, à la demande générale, le titre apparaît ET, oui (!), les pages sont maintenant numérotées. Le progrès, c’est maintenant !

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

Avant tout, parce que la redite choque si on ne prend pas le terme pour ce qu’il est, voici un lien sur les arbres remarquables.

JUKAI en PDF

JUKAI en format epub pour ebook

JUKAI en format Word

JUKAI en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

*************************************************************************

STOP ! ACHTUNG !

*

CE QUI SUIT, C’EST COMME UN BONUS SUR UN DVD, CA SERT A RIEN !!

*

PAS PLUS LOIN AVANT D’AVOIR LU LA NOUVELLE !!!

*

MEHEUUU STOP J’AI DIT !!!!

*

J’VOUS AURAIS PRÉVENU…

*

SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * POILS * SPOIL * SPOIL

*************************************************************************

Mercredi soir : idée de base, intro de départ, qui disparaîtra par la suite.

Samedi : véritable départ avec la vidéo du géologue qui fait ses patrouilles. 8.300 signes. Marre, bien imprégné. Demain objectif 15/25.000 signes pour avancer car il faut que corrige avec Marc mes japoniaiseries. J’ai envie de faire quelque chose qui fasse peur, qui tient en haleine, voire sursauter, même si ce n’est pas mon domaine.

Dimanche : Pas mal, mais pas assez avancé. 21.000 signes mais je piétine sur le côté suspense et surprise. Revue des noms, pour éviter impairs anachroniques. Il faudra arbitrer, ne peux pas devenir spécialiste du Japon en deux jours. La chaîne sera TBS.

Lundi soir : 35.000 signes. Cette nouvelle est longue et éreintante. Je me fais mal, j’espère qu’elle fonctionnera. En tout cas, impression de bien progresser. J’avais peur jusqu’ici d’être enfermé avec toujours les mêmes idées, retournant toujours la même chose qui ne voulait pas sortir. Avec cet exercice, même si des thèmes reviennent (comme la télé), je découvre que je suis capable de remuer mon cerveau pour accoucher de trucs que je n’aurais jamais imaginés.

Mardi soir : Correction avec Marc et idée de Yakuru par Jérôme. 37.000 signes en quatre jours, un record pour moi. Content de ma fin, tout le monde ne meurt pas finalement. Fin ouverte.

Aucun recul, quatre jours de fou. Je suis content, rien que pour l’exercice. Un truc d’horreur, long. Même si c’est une merde, ce sera ma merde à moi, accouchée dans la douleur et que j’étais content de retrouver le soir, avec mon casque, ma musique de forêt et cette ambiance.

Au revoir Jukai

Suivante !

PS : A force, on s’aperçoit – même si c’est évident – que comme un musicien avec le solfège, le français est incontournable. J’aime écrire mais je ne suis finalement que moyen et c’est insuffisant pour être complètement à l’aise. Il faut que je progresse et un livre de Grammar Nazi est en cours de commande.

Nouvelle N°4 : G BOX

Je rentre à peine de vacances, laissez-moi souffler !

Non ?

Bon d’accord…

>> CLIQUEZ SUR LE TITRE SELON LE FORMAT DE LECTURE SOUHAITE  >>

G BOX en PDF

G BOX en format epub pour ebook

G BOX en format Word

G BOX en format doc

PS : Chaque nouvelle ne sera téléchargeable que durant les deux semaines suivant sa mise en ligne.

*************************************************************************

STOP ! ACHTUNG !

*

CE QUI SUIT, C’EST COMME UN BONUS SUR UN DVD, CA SERT A RIEN !!

*

PAS PLUS LOIN AVANT D’AVOIR LU LA NOUVELLE !!!

*

MEHEUUU STOP J’AI DIT !!!!

*

J’VOUS AURAIS PRÉVENU…

*

SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * SPOIL * POILS * SPOIL * SPOIL

*************************************************************************

Haa cette G Box. Une idée venue naturellement la première semaine. Elle a mûri un peu avant d’arriver là. Je la situe comme émanant d’un autre projet, très futuriste celui-là, à la différence de Prime Time qui serait de la proche anticipation. G Box se situe donc après Prime Time si on devait les placer sur une échelle de temps. Elle est introduite par une scène que je ne veux pas détailler puisque appartenant à cet autre gros projet. G Box est l’une des « chroniques du XXIème siècle » racontée depuis beaucoup plus tard. Du coup, j’imagine faire un lien depuis la période contemporaine jusque ce futur lointain. Mais ça, c’est un autre sujet…

Mercredi soir : 1.200 signes. Prémices, scène d’intro. La G Box n’est pas encore véritablement présente.

Jeudi soir : 6.200 signes. Beaucoup de réflexion (oui celle qui tue l’action tout en la primant ^^), écriture petit à petit, recherches, etc. Sujet casse-gueule car complexe et intégré dans un sujet plus grand (je reporte juste mes notes là, ça n’a peut-être pas trop de sens) et à traiter en une semaine.

Je vais peut-être abandonner cette idée absolue de la semaine comme Graal. Le but c’est d’aboutir à une par semaine. Si je l’ai faite en deux semaines où est le problème ? (vous la sentez la grosse période de doute ? ^^)

Des problèmes, j’en vois deux monsieur (il se reprend tout seul en main en se parlant, c’est sûrement bon signe) : l’un des buts était de s’entraîner à écrire en 7 jours une idée de A à Z. Autre problème : la peur de se laisser déborder. Un jour de plus, deux, une semaine, pas grave j’ai de l’avance et puis finalement je n’ai plus rien. Il vaut mieux tracer et apprendre. Et avec l’avance, il vaut mieux travailler des idées nouvelles et / ou se prendre de temps en temps quelques jours pour décrocher. Parce qu’au final c’est un projet de malade sur une looongue période. Et qui veut voyager loin…

T’as fini de pleurer ? On continue ?

Vendredi : Rien, verrouillage d’Enchanté.

Samedi : Refait le début et les articles. 9.200 signes avec structure de l’un des récits.

Dimanche : 12.000 signes, le tout prend forme, la fin est faite.

Lundi soir : 24.500 signes. Terminé en deux heures à partir de 20h30 d’une traite. Changement du titre pour des raisons persos. La G Box devient GarBox, même si c’est moche. Le recul me permettra peut-être de changer de nom.

J’en profite pour penser à toi qui avait aimé lire mes textes. Et à toi aussi que ce projet dément aurait séduit, toi qui aimait la démesure.

2014 je te hais.

Mardi : La Box est verrouillée.

Une des inspirations a été la fin des contrats de pub à Grenoble.